Diplôme d'Etat d'Infirmier de Bloc Opératoire

En vigueur au 1er janvier 2017

Compétences

 

1 - Concevoir et mettre en œuvre des modes de prise en charge des personnes adaptés aux situations rencontrées au bloc opératoire et secteurs associés

2 - Conduire une démarche qualité et de prévention des risques

3 - Gérer le risque infectieux dans  les secteurs interventionnels et service de stérilisation

4 - Organiser et coordonner les activités de soins liées au processus péri-opératoire

5 - Mettre en œuvre des techniques et des pratiques en per et post-opératoire immédiat.

6 - Mettre en œuvre des techniques complexes d’assistance chirurgicale

7 - Former et informer les professionnels et les personnels en formation

8 - Rechercher, traiter et analyser des données professionnelles et scientifiques

9 - Evaluer et améliorer les pratiques professionnelle

 

Compétences détaillées

 

Compétence 1 : Concevoir et mettre en œuvre des modes de prise en charge des personnes adaptés aux situations rencontrées au bloc opératoire et secteurs associés

1. Informer, conseiller les personnes bénéficiant d’une intervention et leur entourage en utilisant des techniques d’entretien   

    adaptées à la situation d’intervention

2. Identifier et analyser les besoins spécifiques de la personne opérée et de ses proches

3. Adapter les protocoles de soins à la situation d’une personne opérée

4. Planifier et mettre en œuvre des soins infirmiers adaptés à la personne opérée, à ses besoins et au contexte

    interventionnel en assurant la continuité des soins

 

Critères d’évaluation :

Qu’est-ce qui permet de dire que la compétence est maîtrisée ?

Que veut-on vérifier ?

Indicateurs :

Quels signes visibles peut-on observer ?

Quels signes apportent de bonnes indications ?

1. Qualité du recueil des informations liées à la personne, à l’intervention

-    Les informations sont suffisantes

-    Les informations sont bien sélectionnées, pertinentes, ciblées et recueillies dans un ordre qui est explicité (urgence, importance au regard de l’intervention, …)

-    Les informations sont adaptées à la situation interventionnelle

-    Les besoins des personnes sont explorés et pris en compte

-    L’utilisation des outils de recueil de données est adaptée à la situation

2. Pertinence de l’identification des risques liés aux caractéristiques de la personne et de l’intervention

-    Tout risque est identifié

-    Les mesures de prévention des risques sont prises

-    Les liens entre les risques identifiés, la situation d’intervention et l’état de la personne et les mesures projetées sont expliqués

3. Pertinence et cohérence dans l’utilisation de la démarche de soin 

-    La démarche est adaptée à des situations spécifiques, en lien avec les risques repérés et les règles de bonnes pratiques

-    La démarche est expliquée

-    A partir de cette démarche, l’organisation de la prise en charge est définie

-    L’organisation des soins est adaptée à la personne

-    Les actions sont priorisées dans un ordre explicité

4. Qualité de l’information et du conseil apportés à la personne et son entourage éventuel

-    L’information est adaptée à la personne et à son entourage

-    Le langage utilisé est adapté à la personne et à son entourage

-    La compréhension de la  personne et de son entourage est vérifiée

-    L’information est donnée au bon moment

-    L’information est adaptée au mode d’organisation de la prise en charge et à la situation interventionnelle

5. Adaptation du mode de prise en charge en fonction de la nature de l’intervention et des modalités anesthésiques prévues

-    L’accueil est personnalisé

-    Les informations recueillies lors de l’accueil et dans le dossier de la personne sont prises en compte

-    La communication verbale et non verbale de la personne sont prises en compte tout au long de l’intervention

-    La douleur est évaluée et prise en charge

 

Compétence 2 : Conduire une démarche qualité et de prévention des risques en bloc opératoire et secteurs associés

1.  Identifier les risques liés à l’environnement, aux processus interventionnels et aux personnes

2.  Identifier les risques professionnels liés à l’activité

3.  Identifier toute non-conformité,

4.  Analyser les risques a priori, a posteriori et les points critiques

5.  Evaluer le degré de gravité des risques ou non-conformités et analyser leurs causes

6.  Déterminer et mettre en œuvre des mesures correctives

7.  Evaluer l’impact des mesures correctives

8.  Concevoir des mesures visant à maîtriser les risques

9.  Mettre en œuvre le signalement et la traçabilité des activités, des non-conformités, des événements indésirables et

     des actions correctives

10. Mettre en œuvre les règles de vigilances sanitaires

 

Critères d’évaluation :

Qu’est-ce qui permet de dire que la compétence est maîtrisée ?

Que veut-on vérifier ?

Indicateurs :

Quels signes visibles peut-on observer ?

Quels signes apportent de bonnes indications ?

1. Identification et gestion des situations à risques

-    Toute situation à risques est identifiée et les mesures appropriées sont prises

-    Le degré de gravité des risques ou les non-conformités sont analysés et  leurs causes sont déterminées

-    Les mesures correctives sont déterminées et adaptées

-    Les mesures correctives sont priorisées  et argumentées

-    L’impact des mesures correctives est évalué 

2. Identification et gestion des événements indésirables

-    Tout événement indésirable est signalé selon les règles en vigueur

-    Le suivi des incidents et des mesures correctives est assuré et est adapté

-    Les opérations de traçabilité sont réalisées

-    Les protocoles et modes opératoires sont connus et appliqués

3. Conformité de l’environnement opératoire 

-    Les contrôles permettant l’ouverture de salle sont réalisés

-    Tout dysfonctionnement est identifié et les mesures appropriées sont prises et argumentées 

-    Les normes de sécurité sont appliquées

4. Pertinence de l’analyse des risques liés à l’intervention

-    Les risques potentiels de l’intervention sont explicités

-    Les mesures prises sont pertinentes

-    La mise en lien entre les actions et les risques est argumentée

5. Conformité des dispositifs médicaux et des dispositifs médicaux stériles spécifiques aux situations d’intervention 

-    Les contrôles de conformité sont réalisés 

-    Le matériel est opérationnel

-    Les risques liés à l’utilisation des appareils sont expliqués

-    Les non-conformités sont repérées

-    Les mesures pertinentes et adaptées à la situation sont prises

-    La mise en lien entre les actions et les risques est argumentée

6. Mise en œuvre d’une gestion documentaire liée à gestion des risques

-    L’implication dans la rédaction ou l’actualisation des protocoles et/ou mode opératoire est effective.

-    Les protocoles et modes opératoires produits sont clairs et compréhensibles

-    Les protocoles et modes opératoires sont réajustés et actualisés

7. Pertinence de l’analyse des risques professionnels

-    Les risques professionnels sont explicités

-    Les mesures préventives et/ou correctives sont pertinentes

-    La mise en lien entre les actions et les risques est argumentée

8. Mise en œuvre des veilles sanitaires

-    Les vigilances sont connues et explicitées

-    Les différentes veilles sont mises en lien avec le contexte

 

 

Compétence 3 : Gérer le risque infectieux dans les secteurs interventionnels et service de stérilisation

1.      Apporter des conseils en matière d’application des protocoles d’hygiène et de stérilisation

2.      Contribuer à concevoir des protocoles d’hygiène

3.      Identifier les écarts entre les pratiques, les recommandations et la réglementation, dans le champ de l’hygiène

4.      Analyser les causes des écarts constatés

5.      Proposer et mettre en œuvre des mesures correctives

6.      S’assurer de la mise en œuvre et faire respecter les recommandations et la réglementation en matière de règles d’hygiène et d’asepsie

 

Critères d’évaluation :

Qu’est-ce qui permet de dire que la compétence est maîtrisée ?

Que veut-on vérifier ?

Indicateurs :

Quels signes visibles peut-on observer ?

Quels signes apportent de bonnes indications ?

1. Identification et gestion des situations à risque infectieux

-      Toute situation à risque infectieux est identifiée

-      Le degré de gravité du risque infectieux est analysé et  les causes sont déterminées

-      Les protocoles et modes opératoires sont connus et appliqués

-      Les mesures correctives sont déterminées

-      La priorisation des actions est pertinente et argumentée

-      L’impact des mesures correctives est évalué

2. Mise en œuvre de l’asepsie progressive au bloc opératoire

-      Le principe de l’asepsie progressive est explicité

-      Les actions liées à la personne, au personnel, aux matériels et à l’environnement sont conformes et argumentées

-      Les dysfonctionnements sont identifiés, analysés et les actions correctives sont mises en œuvre

3. Mise en œuvre du principe de la marche en avant dans la prise en charge des dispositifs médicaux stériles

-      Le principe de la marche en avant est explicité

-      Les actions liées au circuit des dispositifs médicaux stériles sont conformes et argumentées

-      Les dysfonctionnements sont identifiés, analysés et les actions correctives sont mises en œuvre

4. Mise en conformité de l’environnement en bloc opératoire et secteurs associés 

-      Les contrôles de conformité sont réalisés

-      Les non-conformités sont repérées et expliquées et mises en lien avec le risque infectieux

-      Les mesures correctives sont sélectionnées et mises en œuvre

-      Le choix de la mesure corrective est argumenté et pertinent

-      La traçabilité est effective

-      L’agencement de l’espace en amont de l’intervention permet le respect des règles d’hygiène

5. Conformité des dispositifs médicaux stériles

-      Les contrôles de stérilité sont réalisés

-      Les non-conformités sont repérées et expliquées et mises en lien avec le risque infectieux

-      Les mesures correctives sont sélectionnées, adaptées et mises en œuvre

-      Le choix de la mesure corrective est argumenté et pertinent

-      La traçabilité est effective

6. Conformité des comportements humains au bloc opératoire

-      Les risques infectieux liés à la tenue et aux comportements dans les secteurs interventionnels sont identifiés et expliqués

-      La tenue professionnelle est conforme aux recommandations en vigueur

-      Le comportement est conforme aux recommandations et bonnes pratiques en vigueur

-      Les flux des personnes sont gérés au regard du risque infectieux

-      Les écarts sont repérés et les mesures correctives sont proposées

7. Pertinence de l’analyse des risques professionnels infectieux

-      Les risques professionnels sont explicités

-      Les mesures préventives et curatives décidées et imposées sont pertinentes et expliquées

-      La mise en lien entre les actions et les risques est argumentée

 

Compétence 4 : Organiser et coordonner les activités de soins liées au processus péri-opératoire

1.      Identifier les différents rôles[1] et missions de l’infirmier de bloc opératoire

2.      Prévoir l’organisation de son travail en fonction du rôle exercé

3.      Organiser et coordonner les activités de soins dans les salles d’intervention au sein d’une équipe pluri-professionnelle,

       en tenant compte des compétences des professionnels

4.      Organiser et coordonner les activités en lien avec les partenaires internes ou externes

5.      Organiser et coordonner la continuité du programme opératoire

6.      Apporter une expertise professionnelle en service de stérilisation

7.      Prioriser les actions en fonction des situations et des urgences

8.      Anticiper et gérer des flux de stockage des dispositifs médicaux, des dispositifs médicaux stériles et produits pharmaceutiques

9.      Analyser l’opérationnalité, la fiabilité et la qualité d’un dispositif médical ou d’un équipement

 

Critères d’évaluation :

Qu’est-ce qui permet de dire que la compétence est maîtrisée ?

Que veut-on vérifier ?

Indicateurs :

Quels signes visibles peut-on observer ?

Quels signes apportent de bonnes indications ?

1. Identification des différents rôles de l’infirmier de bloc opératoire

-        Les différents rôles per-opératoires sont connus

-        Les différentes missions au sein du bloc opératoire et secteurs associés sont connues

-        Les rôles et les missions sont expliqués

2. Identification et prise en compte du rôle des différents professionnels intervenant en bloc opératoire en fonction de la situation

-      Les fiches de postes sont connues

-      L’organisation prend en compte le champ de compétence des professionnels

-      L’organisation choisie est argumentée en lien avec la règlementation en vigueur

3. Cohérence de l’organisation des activités en salle d’intervention

-      L’organisation des activités est anticipée en fonction du rôle exercé

-      Les choix d’organisation sont argumentés et pertinents

-      Les règles de fonctionnement du bloc sont prises en compte

-      Les aléas organisationnels sont gérés

4. Cohérence de l’organisation du programme opératoire

-      Les choix de programmation sont en adéquation avec :

.Les ressources humaines et matérielles

.Les indications opératoires  et anesthésiques

.Les modes de prise en charge de la personne opérée

.Les risques identifiés

-        La programmation est organisée en fonction des priorités

-        La programmation est ajustée en fonction des urgences

5. Efficacité des partenariats internes et externes

-      Les ressources des services partenaires sont connues et exploitées

-      Les prestations sont connues

-      La communication avec les partenaires est adaptée et

     conforme aux bonnes pratiques

-      Les informations échangées avec les partenaires sont

     conformes aux besoins

6. Gestion des stocks des dispositifs médicaux, des dispositifs médicaux stériles et produits pharmaceutiques

-      Les stocks sont en adéquation avec l’activité

-      Les conditions de stockage des dispositifs médicaux, des dispositifs médicaux stériles et des produits pharmaceutiques sont conformes

-      Les dispositifs médicaux et les dispositifs médicaux stériles sont opérationnels

-      L’approvisionnement des dispositifs médicaux, des dispositifs médicaux stériles et des produits pharmaceutiques est anticipé

-      Les commandes sont effectives et suivies



[1] Au sein du bloc opératoire on entend par rôles ceux de circulant, instrumentiste et aide-opératoire

 

 

Compétence 5 : Mettre en œuvre des techniques et pratiques en per et post-opératoire immédiat

1.      Evaluer la conformité de la salle d’opération et maintenir l’opérationnalité du matériel

2.      Installer la personne soignée selon le type d’intervention et les risques liés au positionnement

3.      Organiser et mettre en œuvre les techniques inhérentes au rôle d’infirmier circulant selon le type et les modalités d’intervention

4.      Organiser et mettre en œuvre les techniques inhérentes au rôle d’infirmier instrumentiste selon le type et les modalités d’intervention

5.      Analyser le déroulement opératoire, identifier les risques, anticiper les étapes de l’intervention et mettre en œuvre les modifications nécessaires pendant la durée de l’intervention

6.      Gérer les situations imprévues dont les situations d’urgence

7.      Anticiper et mettre en œuvre les actions liées à la fin de l’intervention jusqu’à la prise en charge de la personne

       en salle de surveillance post-interventionnelle

8.     Organiser la gestion des prélèvements pendant l’intervention et en assurer le suivi selon les différentes destinations

 

Critères d’évaluation :

Qu’est-ce qui permet de dire que la compétence est maîtrisée ? Que veut-on vérifier ?

Indicateurs :

Quels signes visibles peut-on observer ?

Quels signes apportent de bonnes indications ?

1. Opérationnalité de l’installation du patient

-      Le choix de la table opératoire et des accessoires est adapté au type d’intervention

-      Les matériels sont utilisés de manière conforme

-      L’installation chirurgicale du patient est adaptée à la technique chirurgicale

o   Elle sécurise le côté à opérer

o   Elle respecte le confort du patient

o   Elle garantit la sécurité du patient

-      Les risques liés à l’installation chirurgicale sont identifiés

-      Des mesures de prévention sont mises en œuvre

2. Opérationnalité de l’environnement

-    Les équipements nécessaires sont opérationnels et à disposition au moment opportun 

-      L’aménagement de l’espace tout au long de l’intervention est adapté aux règles de sécurité

-      L’aménagement de l’espace tout au long de l’intervention est adapté au déroulement opératoire

3. Pertinence dans la mise à disposition des dispositifs médicaux, des dispositifs médicaux stériles et des produits pharmaceutiques

 

-      Les dispositifs médicaux, les dispositifs médicaux stériles et les produits pharmaceutiques sont à disposition et en quantité suffisante

-      Les dispositifs médicaux, les dispositifs médicaux stériles et les produits pharmaceutiques sont adaptés à la situation interventionnelle et aux temps opératoires

-      Des dispositifs et produits de substitution sont prévus

4. Pertinence dans l’adaptation aux situations imprévues ou d’urgence

-      Les situations d’urgence sont repérées et explicitées 

-      Les actions mises en œuvre sont adaptées aux situations d’urgence et menées avec efficacité

-      Les protocoles de prise en charge des situations d’urgence sont connus et mis en œuvre

-      Les situations imprévues sont gérées immédiatement de façon adaptée

-      Les plans d’urgence sont connus

5. Mise en œuvre efficiente du rôle de circulant

-      La zone de circulation est organisée

-      L’espace opératoire est protégé

-      Les besoins de l’équipe opératoire sont anticipés

-      Les temps opératoires et les aléas sont anticipés

-      L’organisation des tâches est chronologique et adaptée

-      La distribution des dispositifs médicaux stériles et des produits pharmaceutiques respectent les bonnes pratiques et les recommandations, et tient compte des besoins réels

-      L’utilisation des dispositifs médicaux est conforme aux bonnes pratiques et aux recommandations

-      L’interface est assurée avec l’extérieur de la salle

6. Mise en œuvre efficiente du rôle d’instrumentiste

-      L’organisation des tâches est chronologique et adaptée

-      L’organisation de la ou des tables d’instrumentation est réalisée en fonction des temps opératoires et du matériel spécifique

-      L’espace opératoire est organisé dans la zone protégée

-      Le montage et la fonctionnalité des instruments et matériels nécessaires aux gestes opératoires sont maîtrisés

-      Les dispositifs médicaux stériles et les produits pharmaceutiques sont à disposition en quantité suffisante et adaptés aux temps opératoires

-      L’instrument adapté est délivré au moment opportun et en position de fonction

-      La gestuelle est adaptée

7. Préparation de la personne opérée au geste opératoire

 

-      L’accueil de la personne est personnalisé et prend en compte l’ensemble des informations le concernant

-      La prise en soin de la personne opérée est efficace et adaptée

-      La mise en place du drapage est réalisée correctement

8. Conformité dans la gestion des dispositifs médicaux (textiles, instruments, …)

 

-      Les implants sont contrôlés (taille, côté, type de pose, compatibilité des matériaux,…)

-      Les règles sont appliquées

-      La traçabilité est assurée

-      Le comptage effectué est exact, la concordance est assurée

9. Conformité dans la gestion des prélèvement

-      Les règles sont appliquées

-      La traçabilité est assurée

-      La transcription des éléments donnés par l’opérateur est correcte

-      Le suivi et la vérification de l’acheminement des prélèvements sont réalisés dans les délais requis

 

Compétence 6 (nouvelle) : Mettre en œuvre des techniques complexes d’assistance chirurgicale

1.      Choisir la technique d’installation de la personne en posture chirurgicale

2.      Identifier les anomalies liées à la posture chirurgicale de la personne

3.      Réaliser la mise en place et la fixation des drains sus-aponévrotiques

4.      Evaluer la fonctionnalité du dispositif de drainage

5.      Choisir la technique de fermeture adaptée à l’intervention et à la personne

6.      Réaliser la fermeture sous-cutanée et cutanée

7.      Identifier les instruments nécessaires à la mise en place et au maintien de l‘exposition du champ opératoire

8.      Anticiper le geste opératoire du chirurgien pour favoriser l’exposition

9.      Identifier les anomalies liées à l’exposition

10.   Identifier les instruments nécessaires à une aspiration

11.   Choisir et mettre en œuvre les techniques d’aspiration

12.   Mettre en œuvre les techniques de l’hémostase

13.   Mettre en œuvre des techniques d’aide à la suture des organes et des vaisseaux, à la réduction d’une fracture et au maintien de la réduction et à la pose d’un dispositif médical implantable.

14.   Réaliser l’injection d’un produit à visée thérapeutique ou diagnostique dans un viscère, une cavité ou une artère

 

Critères d’évaluation :

Qu’est-ce qui permet de dire que la compétence est maîtrisée ?

Que veut-on vérifier ?

Indicateurs :

Quels signes visibles peut-on observer ?

Quels signes apportent de bonnes indications ?

1. Conformité de la posture chirurgicale du patient

-      Le choix de la posture chirurgicale du patient est adapté à la technique chirurgicale

-      La posture chirurgicale permet l’accessibilité du champ opératoire

-      Elle garantit la sécurité du patient

-      Les risques liés à la posture chirurgicale sont identifiés

-      Des mesures de prévention sont mises en œuvre

2. Conformité de la mise en place des drains sus-aponévrotiques

-      La mise en œuvre du drainage est conforme et sécurisée

-      La fixation du drain est correcte

-      La gestuelle est maîtrisée

-      La sécurisation de l’appareillage est assurée

-      La fonctionnalité est assurée

-      Les risques sont identifiés

-      Les mesures de prévention et les mesures correctives éventuelles sont mises en œuvre

3. Conformité de la fermeture de la plaie opératoire sous-cutanée et cutanée

-      La gestuelle est maîtrisée

-      Le choix des fils et aiguilles est argumenté au regard de la suture prescrite et des caractéristiques anatomiques du patient

-      Les nœuds sont réalisés en respectant la technique

-      Les nœuds sont efficaces

-      La suture est conforme aux recommandations

4. Conformité de l’aide à l’exposition du champ opératoire

-      La technique de l’exposition permet le maintien du champ opératoire

-      La technique d’exposition est efficace

-      La gestuelle de manipulation des instruments est adaptée

-      L’aide apportée au chirurgien est efficace et réalisée en toute sécurité

-      L’exposition est conforme aux exigences des techniques opératoires

-      Les risques associés à la mise en œuvre de l’exposition et au positionnement sont identifiés

-      Les mesures de prévention et les mesures correctives éventuelles sont mises en œuvre

5. Conformité de l’aide à l’aspiration du site opératoire

-      L’irrigation est conforme aux règles de bonnes pratiques

-      L’irrigation est efficace

-      L’aspiration est conforme aux règles de bonnes pratiques

-      L’aspiration est efficace

-      La gestuelle est maîtrisée

-      L’aide apportée au chirurgien est efficace et réalisée en toute sécurité

-      Les risques associés à l’irrigation et l’aspiration sont identifiés

-      Les mesures de prévention et les mesures correctives éventuelles sont mises en œuvre

6. Conformité de l’aide à l’hémostase

-      L’hémostase est conforme aux règles de bonnes pratiques

-      L’hémostase est efficace

-      Les nœuds en profondeur sont efficaces

-      La gestuelle est maîtrisée

-      L’aide apportée au chirurgien est efficace et réalisée en toute sécurité

-      Les risques associés à l’hémostase sont identifiés

-      Les mesures de prévention et les mesures correctives éventuelles sont mises en œuvre

7. Conformité de l’aide aux sutures des organes et des vaisseaux

-      Les sutures sont conformes  aux règles de bonnes pratiques

-      Les sutures sont efficaces

-      La gestuelle est maîtrisée

-      L’aide apportée au chirurgien est efficace et réalisée en toute sécurité

-      Les risques associés aux sutures sont identifiés

-      Les mesures de prévention et les mesures correctives éventuelles sont mises en œuvre

8. Conformité de l’aide à la réduction d’une fracture et au maintien de la réduction

-      Les techniques de traction et de maintien de la réduction orthopédique sont efficaces et réalisées en toute sécurité

-      L’aide apportée au chirurgien est efficace et réalisée en toute sécurité

-      La gestuelle est maîtrisée

-      Les risques associés aux techniques de réduction sont identifiés

-      Les mesures de prévention et les mesures correctives éventuelles sont mises en œuvre

9. Conformité de l’aide à la pose d’un dispositif médical implantable

-      Les caractéristiques des différents types de dispositifs médicaux implantables sont connues

-      Les étapes du montage et de pose sont maîtrisées conformément aux recommandations

-      Les informations pertinentes concernant le dispositif médical implantable sont sélectionnées et transmises à l’équipe opératoire

-      La gestuelle est maîtrisée

-      L’aide apportée au chirurgien est efficace et réalisée en toute sécurité

-      Les risques associés à la pose du dispositif médical implantable sont identifiés

-      Les mesures de prévention et les mesures correctives éventuelles sont mises en œuvre

10. Conformité de l’injection d’un produit dans un viscère, une cavité, une artère

-      Les caractéristiques des produits injectés sont connues

-      Les risques liés à ces produits sont identifiés

-      Les mesures de prévention sont mises en œuvre

-      La technique d’injection est adaptée au site et maîtrisée

-      Les mesures correctives éventuelles sont mises en œuvre

 

 

Compétence 7 : Former et informer les professionnels et les personnels en formation

1.      Organiser l’accueil et l’information d’un stagiaire ou d’un nouvel arrivant professionnel dans le service ou la structure

2.      Repérer les connaissances et les savoir-faire à transmettre aux étudiants en relation avec leur niveau de formation

3.      Animer des séances de formation ou d’information auprès d’un public de professionnels ou futurs professionnels

4.      Transmettre ses connaissances et son savoir-faire aux étudiants, stagiaires et autres professionnels par des conseils, des démonstrations, des explications et de l’analyse commentée de la pratique

5.      Identifier, organiser et superviser des situations et des activités d’apprentissage pour les stagiaires

6.      Evaluer les connaissances et les savoir-faire mis en œuvre par les stagiaires en lien avec les objectifs de stage

7.      Communiquer sur sa profession en vue de valoriser son activité

 

Critères d’évaluation :

Qu’est-ce qui permet de dire que la compétence est maîtrisée ?

Que veut-on vérifier ?

Indicateurs :

Quels signes visibles peut-on observer ?

Quels signes apportent de bonnes indications ?

1.      Pertinence des informations prises en compte

-      Les informations utiles pour accueillir un stagiaire ou un nouvel arrivant sont identifiées

-      Le public à qui s’adresse l’information ou la formation est identifié

-      Les connaissances et savoir-faire devant être acquis par les personnes recevant la formation sont identifiés

-      Les objectifs définis par et pour chaque stagiaire sont identifiés 

2.      Pertinence des actions conduites

-      Une démarche d’accueil adaptée à chaque stagiaire ou nouvel arrivant est mise en œuvre

-      Les conseils, démonstrations, explications apportés aux stagiaires, nouvel arrivant tiennent compte du profil de chaque interlocuteur

-      Les conseils, démonstrations, explications apportés aux stagiaires tiennent compte des objectifs du service, du stage et de la personne formée

-      Les transmissions de savoir-faire et de connaissances sont organisées de manière progressive en tenant compte de l’évolution du stagiaire ou du professionnel et de ses difficultés

-      Les évaluations sont réalisées sur la base d’indicateurs et de critères précis

-      Des axes d’évolution permettant de faire progresser le stagiaire ou le professionnel sont identifiés

3.      Cohérence des actions conduites

-      Les activités confiées au stagiaire lui permettent une progression au regard des objectifs de l’apprentissage

-      L’organisation définie pour la formation permet la transmission des savoir-faire et des connaissances

-      Les critères et indicateurs utilisés pour l’évaluation tiennent compte des objectifs prédéfinis

-      Les informations diffusées sur la profession tiennent compte des objectifs de promotion et de valorisation que s’est fixés le professionnel

 

Compétence 8 : Rechercher traiter et analyser des données professionnelles et scientifiques

1.      Conduire des actions de recherche ou des études à visée professionnelle en matière de santé en lien avec le travail en bloc opératoire

2.      Analyser et utiliser les publications scientifiques et professionnelles et les différentes ressources documentaires

3.      Identifier les évolutions scientifiques, techniques et réglementaires

4.      Identifier une problématique et formuler un questionnement

5.      Choisir des méthodes et des outils d’investigation adaptés au sujet des études et les mettre en œuvre

6.      Confronter les résultats des études à la pratique professionnelle

7.      Elaborer des documents professionnels et scientifiques en vue de communication orale et écrite

 

 

Critères d’évaluation :

Qu’est-ce qui permet de dire que la compétence est maîtrisée ?

Que veut-on vérifier ?

Indicateurs :

Quels signes visibles peut-on observer ?

Quels signes apportent de bonnes indications ?

1. Pertinence de la recherche d’informations

-      Les bases documentaires sont utilisées efficacement, y compris en langue anglaise

-      Les informations pertinentes sont sélectionnées

-      Les évolutions scientifiques et techniques sont identifiées

-      L’analyse de la littérature est réalisée avec pertinence

2. Pertinence de la méthode de recherche ou d’étude

-      Les objectifs sont identifiés

-      Les méthodes et outils d’investigation sont adaptés

-      Les personnes et leur environnement sont respectés

-      Les intérêts et les limites pour la pratique professionnelle sont mentionnés

3. Pertinence de l’interprétation des données recueillies

-      Les informations collectées sont analysées

-      Le raisonnement utilisé et la démarche d’analyse sont expliqués

-      Les conclusions sont cohérentes avec l’analyse réalisée

4. Qualité de la production

-      Les documents produits respectent les normes et critères de présentation

-      La présentation orale respecte les critères attendus

 

Compétence 9 : Evaluer et améliorer ses pratiques professionnelles en bloc opératoire et secteurs associés

1.      Observer, formaliser et expliciter les éléments de sa pratique professionnelle

2.      Analyser sa pratique professionnelle au regard de l’évolution du monde de la santé, des sciences et des techniques, des normes professionnelles, de la déontologie et de l’éthique

3.      Argumenter ses choix de pratiques professionnelles

4.      Confronter sa pratique professionnelle à celle de ses pairs, de l’équipe ou d’autres professionnels

5.      Identifier les améliorations possibles et les mesures de réajustement de sa pratique

6.      Identifier les domaines de formation professionnelle et personnelle à développer

 

Critères d’évaluation :

Qu’est-ce qui permet de dire que la compétence est maîtrisée ?

Que veut-on vérifier ?

Indicateurs :

Quels signes visibles peut-on observer ?

Quels signes apportent de bonnes indications ?

1. Pertinence de l’analyse critique d’une pratique professionnelle

Au regard de :

-        La réglementation

-        Les bonnes pratiques

-        La déontologie

-        L’éthique

-        L’évolution des sciences et techniques

Le professionnel dans sa pratique :

-      Identifie les non-conformités

-      Explicite les bonnes pratiques selon les situations

-      Mesure les écarts entre sa pratique et les normes

-      Explicite les risques de non-respect des règles

-      Propose des réajustements pertinents et innovants

-      Identifie ses besoins en formation

2. Pertinence de la démarche de développement professionnel continu

-      Les sources d’information sur les actions de formation professionnelle continue sont identifiées

-      La confrontation de sa pratique avec celle de ses pairs est réalisée

-      Les acquis liés au développement professionnel continu sont réinvestis dans la pratique